FUGHU - Absence - © Auto Production 2009 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Adrian   
09-10-2010


Une chose est sûre, le marché européen du disque n’est pas inondé de productions sud-américaines, et plus spécialement, les albums de groupes argentins arrivant jusque dans les bacs de nos disquaires en France sont rares. Pourtant, en Amérique du sud, les bons musiciens sont légions, comme en témoigne le nombre incroyable de vidéos sur Youtube de zicos brésiliens, vénézuéliens, argentins… jouant des chansons toutes plus compliquées les unes que les autres ! Après, c’est comme partout ailleurs, il y a des groupes bons et des moins bons. Mais nous on a de la chance : grâce à la barrière géographique séparant l’Europe de l’Amérique du Sud, on ne reçoit pas les albums de groupes locaux mal produits, mais uniquement les meilleurs, qui méritent que leur maison de disques prenne le risque de les distribuer en Europe ! Évidemment, si je vous dis tout ça, c’est que FUGHU en fait partie ! Et le fait que le groupe ai été choisi par DREAM THEATER pour effectuer leur première partie en Argentine, ce n’est évidemment pas un hasard !
Lorsque Priam m’a fait découvrir FUGHU, je me suis dit que j’allais écouter simplement 2/3 chansons histoire de rapidement me faire une idée de ce que j’allais chroniquer. Et puis au bout de la troisième chanson, j’ai compris qu’il fallait que je l’écoute en entier, parce que je n’étais pas en train d’écouter n’importe quel groupe de métal progressif, mais sans aucun doute un groupe qui allait refaire parler de lui ! Ce qui vient placer FUGHU au dessus de tous ses homologues de la scène progressive, c’est le chant de Santiago BURGI, dont l’approche est absolument novatrice, je n’ai pas une culture musicale exhaustive, mais je n’ai pas souvenir d’avoir entendu quelque chose de semblable un jour ! La maîtrise technique est impressionnante, comme en témoigne le sol4 (note extrême de la tessiture d’alto) qu’il atteint dans «Absence», sans même utiliser le falsetto ! Il est d’ailleurs capable de prendre le timbre d’un chanteur d’opéra dans cette chanson ! Mais si la maîtrise technique est parfaite, elle ne dessert pas pour autant l’émotion, Santiago BURGI maîtrisant également très bien ses médiums et graves (comme il le prouve sur «Solitude»), avec une couleur vocale rappelant quelque peu Andre MATOS sur les ballades au piano d’ANGRA. La voix se teinte même parfois de l’intonation de Freddy MERCURY ! Rares sont les chanteurs à me bluffer autant : j’avais craqué sur Marco GLÜHMANN l’année dernière, et à mon «chanteur 2010» ce sera Santiago BURGI !
Enfin bon, je m’attarde sur le chanteur, mais il ne serait sûrement pas autant mis en évidence si les musiciens derrière étaient des péquenots !
Un immense coup de cœur également pour le claviériste, Marcelo MALMIERCA, maîtrisant tout autant le piano dans un style ballade («Solitude») ou jazzy («Absence») que le synthétiseur, plaquant des ambiances rappelant parfois DREAM THEATER époque «A Change Of Seasons» («Tilt»), dont l’impression est confortée par les combinaisons harmoniques avec la guitare. Avec pour fil conducteur l’émotion, MALMIERCA compose de splendides parties de claviers, se permettant parfois quelques délires, dans un style à mi-chemin entre Kevin MOORE et Derek SHERINIAN ! 
La guitare est quand à elle très carrée, à l’instar de la batterie, tous deux sobres mais très efficaces, comme en témoigne «Tilt», et sa magnifique intro en 7/8, ainsi que son superbe solo de guitare acoustique ! 
La basse est assez discrète, soutenant le tout par ses lignes mélodiques, s’aventurant parfois dans des solos sublimes («Tilt» encore, vous l’avez compris, j’ai complètement craqué sur cette chanson) ! On rencontre tout au long de l’album des interludes de superbe facture, laissant un peu de répit à l’auditeur pour digérer la quantité d’émotions transmises !
Vous l’aurez compris, j’ai adoré FUGHU ! A vrai dire, c’est un sans faute, un album parfait à mon goût, qui va tourner un moment dans ma chaîne hi-fi ! Les musiciens maîtrisent leurs instruments sans pour autant tomber dans la démonstration technique, préférant combler l’auditoire d’émotion ! Magnifié par un chanteur d’une qualité indéniable (personnellement un des 4/5 meilleurs chanteurs que j’ai jamais entendu), FUGHU a sans aucun doute de belles années devant lui, grâce à son approche particulièrement novatrice ! Je vous parie ma discothèque (et Dieu sait à quel point j’y tiens) que c’est pas la dernière fois qu’on entend parler de ces Argentins !

 

 

 

Partager

 

Chroniqueur : Adrian

 
 
Line-up


Santiago Burgi - Vocals
Ariel Bellizio - Guitars
Marcello Malmierca - Keyboards
Juanmanuel Lopez - Bass

Alejandro Lopez - Drums

 

 

Tracklist


01. Ashes (6:32)
02. Dead End Start (5:16)
03. Storm (6:57)
04. Tilt (7:30)
05. Slow (0:30)
06. Absence (6:14)
07. Snow (0:43)
08. Solitude (3:13)
09. Sun(0:56)
10. Red V (3:27)
11. Get Me (Inside) (4:15)
12. Pain (10:02)


 

Site officiel :
www.fughuweb.com.ar

Pays:
ARGENTINE

 


Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
 
Security Image
Saisissez le code que vous voyez.

Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved.

Dernière mise à jour : ( 11-10-2010 )
 
< Précédent   Suivant >