FROMUZ - Inside Seventh Story (DVD) a live concert performance - © 10t Records Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par CHFAB   
20-11-2010


“Le fond et la forme”
Pour ceux qui m’avaient lu au sujet de FROMUZ et leur dernier album, j’exprimais déjà ma déception, tant  leur  nouveau virage musical m’avait apparu sage, policé,  longuet et finalement passablement ennuyeux . Nombre de mes confrères n’étaient pourtant pas de cet avis. J’escomptais donc revoir ma copie au visionnage de ce DVD, impatient que j’étais de découvrir les ouzbèkes  sur scène (j’ai encore en mémoire la frénésie géniale de leur premier CD). En effet, l’énergie live a souvent réussi à  insuffler une pulsion rock toute jouissive à des albums parfois pâlichons.
Et bien l’essai n’a franchement  pas été transformé… !
Voici donc l’intégralité de SEVENTH STORY, joué dans l’ordre chronologique, filmé avec  des moyens tout à fait honorables, à savoir : différent axes de caméras, vues d’ensemble, gros plans, montage soigné, cadencé (synchrone avec la musique), alternances de couleurs et noir et blanc, ralentis, split screen… bref, tout y est. On a même convié deux acteurs (mimes ? figurants ?), jumeaux de surcroit, histoire de donner un peu plus corps à la dimension scénique. Bon…Tout ça c’est très bien, mais le résultat n’est à mon sens pas vraiment à la hauteur des efforts mis en place.
Je m’explique :
- Les deux frères au chapeau, on se demande dès le deuxième morceau ce qu’ils foutent là !... A part meubler les transitions… Le premier teste sa lampe de poche pendant à peu près une heure trente (ambiance artificielle et répétitive), joue les peintres en direct (un barbouillage indigne d’un écolier), déchire du papier (ouah…), puis est rejoint par son frangin qui braille trois fois au micro, avec des airs à moitié ahuris, et faussement inspirés. Ah oui, et ils tiennent les projecteurs à un moment… !On a dû les payer pour devoir ainsi justifier leur présence jusqu’au bout (pardon les gars, mais visiblement c’est pas votre métier hein…?). Tout ça donne un effet très creux, mais avec le prog, on est malheureusement souvent habitué (costumes et maquillages pourris, mimes façon spectacle de fin d’année, propos abscons et naïfs, catalogues de clichés, et j’en passe...).
- Le montage vidéo ne brille pas toujours non plus, assénant des inserts hors sujet, empruntés à des séquences anachroniques, des ralentis ringards (inévitables ?) qui s’imaginent artistiques, des problèmes de synchronisation (les gros plans sur POPELOV), mais passons, les lumières sont très soignées et bon, l’ensemble est tout de même  plutôt réussi, et on y voit tout le monde, mais…
- Les musiciens pourtant très appliqués ne délivrent qu’une musique totalement assujettie au disque, accentuant encore les passages longs et mous (“Bell Of The Earth”, et son intro interminable), on aurait pu attendre le dynamitage de tout ça, lâchant les chiens à tout va, car je le redis : le premier album dépotait réellement ! Les solis de guitare du maestro se font rares, et sont loin d’être renversants (un comble quand même !), et l’on sent chez lui une certaine complaisance, contrastée par les limites de sa prestation lors des impros. N’est pas HENDRIX qui veut… Le clavier se laisse aller à un piano mièvre au possible, et à des solis de synthé plutôt poussifs… Le bassiste semble, comme le spectateur, s’ennuyer mortellement, en impeccable exécutant qu’il est, plutôt qu’exalté… Lui aussi, on dirait qu’il est là pour payer son loyer… (j’y vais fort, je sais !). Le deuxième clavier alterne avec guitare folk gentillette et vibraphone un brin anonyme. Seul le batteur apparaît totalement habité (Vitaly défend aussi son travail cependant), et délivre une prestation franchement formidable. On aurait juste aimé qu’il s’endorme moins sur les tubular bells.
Bon, et puis il y a la musique, toujours aussi peu inventive, cliché, parfois néo cucul, peinant à décoller, et ne ravissant qu’à de trop rares occasions. J’ai pourtant essayé ce DVD deux fois, mais rien à faire. On y découvrira tout de même que POPELOV est un chanteur tout à fait honorable. Il ne lui reste plus selon moi qu’à changer de costume, parce que sa tenue de patron de night club mafieux, ça craint un peu, pour un musicien de rock…blink blink…
Bon, et pour rester sur une note positive, il y a aussi le travail du digipack, qui reste magnifique, comme pour l’album. Ah et puis il y a des bonus ! Quelques moments captés pendant les répètes (mouais), le travail des roadies et les balances, et pour finir, une longue interview du groupe (sous-titrée en anglais) dans laquelle on voit les grosses lunettes de star de POPELOV, et où on y apprend… pas grand-chose. C’est long, c’est long, c’est loooong !
Donc vous l’aurez compris : rendez-nous le groupe du premier album (je connais pas le deuxième) !!!!!!......et ceux qui en ont vu le premier DVD sont bienvenus dans le débat ; il est bien ?

 

 

 

Partager

Chroniqueur : CHFAB

 
 
Line-up


Vitaly Popeloff - Guitars
Albert khalmurzaev - Keyboards
Igor Elizov - Grand piano, Keyboards
Ali Izmailov - Percussion
Sur’at Kasimov - Bass

Guests:
Khasan Salikhov, Khusan Salikhov - Mimings

 

 

Tracklist


01. Perfect place
02. Parallels
03. Desert Circle
04. Bell Of The Earth
05. Taken
06. Influence Of Time
07. Perfect love


 

Site officiel :
www.fromuzband.com

Pays:
OUZBEKISTAN

 


Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
 
Security Image
Saisissez le code que vous voyez.

Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved.

Dernière mise à jour : ( 22-11-2010 )
 
< Précédent   Suivant >